à la Une
 
Territoires
 
édition
 
formations
et études
 
rendez-vous
 
espace
ressources
 
l'association
 
contacts
et accès
 
vous êtes ici : > édition > les ouvrages > Le projet urbain participatif
 
Une co-édition Adels/Yves Michel
Dans la collection Modes d'emploi
 
 
Le projet urbain participatif
Apprendre à faire la ville
avec ses habitants
"Le projet urbain participatif ",
Philippe Verdier,Adels/Yves Michel,
septembre 2009, 24,5 euros
     
 
Élus locaux, militants associatifs, urbanistes, sociologues et intervenants sociaux, architectes, paysagistes, aménageurs et habitants… Tous, nous pensons être les maillons essentiels pour construire la ville, la comprendre, la faire vivre, l’embellir, la dessiner… Tous, nous avons un jour partagé l’intuition que l’amélioration de notre cadre de vie pouvait être le point de départ d’un mieux être, collectif comme individuel. Les uns et les autres, nous éprouvons cruellement la difficulté d’une telle ambition : nos efforts se heurtent à l’incompréhension du grand public, à la frilosité de quelques élus ou à la persistance de problèmes sociaux lourds, trop lourds. Et pourtant, la ville, notre ville ne se fera pas sans nous !… Pédagogique et accessible tout en faisant découvrir la complexité des faits et des enjeux, cet ouvrage propose à tous ceux qui s’intéressent à la préparation des projets urbains une double initiation, sociale et spatiale, et une boîte à outils complète pour comprendre ce qu’est la ville et la notion très actuelle de projet urbain. Pas à pas, il nous emmène dans la complexité de la construction d’un îlot, d’un quartier, d’une Cité, sans jamais perdre le lecteur en chemin. Au fil des pages et des étapes illustrées d’un projet urbain partagé, c’est aussi un point de vue critique qui apparaît sur les conditions de production de la ville, et l’ambition de refuser les facilités des recettes d’imageries urbaines marchandisées au profit d’une démarche de projet à la fois exigeante et proche des gens. Rarement urbanisme et sociologie se sont complétés avec autant de sens, dessinant au final une philosophie pratique d’action pour la ville, avec ses habitants, présents et à venir.

Philippe Verdier est urbaniste et sociologue. Il a travaillé sur de nombreux projets urbains, souvent dans des quartiers en difficulté. Il est salarié d’un atelier public d’urbanisme et d’architecture, et responsable d’un cabinet privé d’urbanisme à Orléans.
 
Introduction
 
Depuis les années 60, de très nombreuses initiatives ont été prises sur le thème de la participation des habitants aux décisions d'urbanisme qui les concernent au premier chef. Cette thématique a aussi fait l'objet d'un très grand nombre de rencontres, de colloques, séminaires, contrats de recherche, etc. Loin de se restreindre, ce flot d'initiatives, de publications, de textes juridiques continue aujourd'hui à être alimenté.
Ces initiatives multiples ont évolué avec le contexte, depuis l'époque des grands ensembles, des enquêtes-participation, des Groupes d’Action Municipale, de l'habitat groupé autogéré, des ateliers publics, jusqu'aux simulations visuelles qui facilitent les démarches médiatico-festivo-militantes d'aujourd'hui, et jusqu'aux initiatives du législateur prévoyant une obligation de concertation dans de nombreux cas. Dans le même temps, la notion de projet urbain a véritablement pris corps, avec ce qu'elle implique de légitimité d'un travail d'équipe transversal, loin des coups de crayon impérieux des urbanistes démiurges d'autrefois.
Cette multiplication des initiatives de participation comporte un coté rassurant et un autre inquiétant.
Le côté rassurant : on a le sentiment que l'écoute des habitants (et la volonté symétrique de ne pas verser dans la technocratie) est une vraie ambition, un souci qui anime fréquemment les décideurs, les concepteurs et les intervenants sociaux. Cela prouve aussi qu'on ne se contente pas des “recettes” élaborées dans le passé, que l'on est toujours en recherche.
Le côté inquiétant : on se demande si toutes les expériences, méthodes et théories développées ont été vraiment cumulatives, si l'on ne réinvente pas l'eau chaude, et s'il y a bien de la rigueur professionnelle à présenter sans cesse de nouvelles expériences de participation, parfois plus destinées à faire parler de sa ville qu'à promouvoir véritablement ses habitants...
Entre assurance d'un intérêt persistant pour le sujet et inquiétude (motrice) sur les contenus de ce que l'on continue le plus souvent à appeler des expériences de participation, ce livre repose sur un postulat : il y a, chez un grand nombre de décideurs, d’élus, de concepteurs, de professionnels du social... et d'habitants, un intérêt pour partager des savoirs en vue de mieux fabriquer du projet urbain réellement “spatial-social”.

Partager des savoirs ?
C'est rendre réciproquement “lisibles”, y compris pour des non spécialistes, des notions de base sur l’espace, la ville et la demande sociale, notions qui pour être existantes n'en sont pas moins parfois problématiques (c'est-à-dire faisant l'objet d'approches diverses voire contradictoires, et le plus souvent éclatées dans toutes sortes de publications). L'ambition des quatre premiers chapitres est de permettre cette double initiation, spatiale et sociale, en se concentrant sur l'essentiel :
Comprendre la nature de l'espace, et comment l'être humain perçoit l'espace dans lequel il vit en ville (chapitre 1, Être au monde, dans l’espace) ;
Comprendre ce qu'est une ville, comment on est passé des villages aux villes, en quoi consiste la notion de centralité et si les villes ont encore un avenir (chapitre 2, Comment les villages se sont-ils formés ?) ;
Comprendre comment les sociologues s'y prennent pour approcher le demande sociale et ce que recouvre cette notion complexe (chapitre 3, Démarche sociologique et production de la Ville) ;
Comprendre comment les concepteurs s'y prennent pour dessiner la ville, et quels sont les principaux courants de pensée auxquels ils se réfèrent (chapitre 4, Démarches de conception et vision des habitants à travers l’histoire).


Partager des savoirs ?
C'est aussi, au delà des savoirs de base et des méthodes établies, Entrer dans les différentes étapes du processus de projet urbain, et identifier les moyens nécessaires pour approcher la demande sociale, avec l'ambition de faire émerger la demande en profondeur plutôt qu'une demande immédiate, formulée en termes de consommation et d'objets urbains marchandisés. Ce travail en profondeur, exigeant, implique un recul critique sur les méthodes à employer, et notamment sur le bon usage des enquêtes, des simulations visuelles... et sur la manière de les articuler dans une démarche itérative : c'est le rôle du chapitre 5 “faire du projet urbain social-spatial en impliquant les habitants”.
Se poser des questions sur les mécanismes de “fertilisation croisée” entre spatial et social qui pourraient servir l’ambition de faire vraiment, à grande échelle, des projets urbains spatiaux-sociaux (chapitre 6, Questions à débattre).
L’espace du développement social, c’est l’espace qui émerge progressivement de la synergie entre les acteurs, les décideurs, les concepteurs d’un projet urbain, et les habitants actuels ou futurs qui sont concernés par ce projet : c’est l’espace qui traduit progressivement leurs aspirations au cours d’un processus “d’accouchement partagé”, qui leur permet d’en devenir coproducteurs et véritablement habitants au plein sens du terme.
 
Sommaire
Préface

Introduction

Chapitre 1 Être au monde, dans l’espace
Comprendre et s’approprier l’espace; l’espace est social
Nous percevons l’espace à notre échelle. L’espace “ creux ”
Penser des objets et penser des espaces
Une perception culturelle et sociale
Une perception dynamique, en séquences
Bibliographie

Chapitre 2 Comment les villages et les villes se sont ils constitués ?
Une explication économique ?
Trois logiques pour s’implanter durablement dans l’espace
Ordre social et ordre spatial
Comment caractériser une “vraie ville” ? La centralité
La ville, notre meilleur outil pour vivre ensemble
Les villes vont-elles disparaitre ?
Bibliographie

Chapitre 3 Démarche sociologique et production de la ville

Les sociologues : leur fonction et leur vision de l’espace urbain
Demande sociale marchandisée et attentes en profondeur
Trois types d’implication de la population
L’école de Chicago et le développement communautaire
La résistance, l’entraînement mental, l’enquête-participation
Le choc des grands ensembles et le droit à la ville
La participation dans les années 70
Les ateliers publics
Le désenchantement des années 80 et la politique de la ville
Comprendre la société de “l’entre-soi”
Bibliographie

Chapitre 4 Démarches de conception et vision des habitants à travers l’histoire
Je dessine, donc je pense
Pas de villes dans l’histoire sans “imaginaire bâtisseur” en amont de l’architecture.
Des pharaons à la démocratie athénienne
La cité médiévale
La renaissance et l’âge classique
Le XIXe siècle et Haussmann
Les utopies
Tableau des courants de pensée sur la ville au XXe siècle
La pensée “socio-spatiale” des premiers urbanistes
Les cités-jardins
Les années 20 en U.R.S.S.
Le Corbusier et les habitants
Post-modernisme et déconstruction
Les débats sur la ville du XXIe siècle
Bibliographie

Chapitre 5 Faire du projet urbain social-spatial

Sept erreurs classiques des concepteurs
Sept erreurs classiques des intervenants sociaux
Priorité au spatial ou au social ? un faux problème
Le plan masse figé est dépassé
La notion de projet urbain aujourd’hui : cinq caractéristiques indissociables
Tableau des étapes du projet urbain spatial-social
Étape 1: découverte et diagnostic. Social et spatial
Étape 2 : hypothèses de programme et esquisses exploratoires
Étape 3 : images-exemples et concertation
Étape 4 : plan-guide, communication et cahiers des charges
Étape 5 : premières réalisations et “retour sur projet”
Bibliographie

Chapitre 6 Questions à débattre


Chapitre 7 Textes à utiliser - Index