à la Une
 
Territoires
 
édition
 
formations
et études
 
rendez-vous
 
espace
ressources
 
l'association
 
contacts
et accès
 
vous êtes ici : > édition > les ouvrages > Une vie de militance(s)
 
Une co-édition Adels/Yves Michel
 
 
Claude Neuschwander :
une vie de militance(s)
Claude Neuscwander :
une vie de militance(s),
Claude Neuschwander,
septembre 2011, 22 euros
     
 

Préface de Stéphane Hessel

Voir, juger, agir

Je suis particulièrement reconnaissant à Claude Neuschwander d’avoir pris le soin de nous raconter les étapes d’une vie qui, pour les témoins de ses réussites souvent exceptionnelles, peut être regardée comme exemplaire. Peu de nos contemporains ont saisi aussi intensément et aussi continûment le sens de l’engagement citoyen. À cet égard, la lecture de son livre est tout d’abord une incitation à poursuivre cette même voie, tant les satisfactions qu’elle lui a apportées sont encourageantes pour ses lecteurs.
L’homme qu’est Claude Neuschwander dispose d’une sensibilité à l’autre dont j’ai été plusieurs fois le bénéficiaire. Il n’y a pas chez lui de violence, certes, mais beaucoup de détermination.
À ceux qui le liront, il apprend à ne pas lâcher prise, à vaincre, là où on les détecte, les résistances, à surmonter les obstacles, comme il a su donner de nombreux exemples.
Il ne s’agit donc pas seulement de Voir et d’Agir, mais aussi, sur la base d’un remarquable apprentissage de l’esprit d’entreprise, à Juger. Stéphane Hessel, le 30 avril 2011

L'auteur

Claude Neuschwander
, PDG de Lip de 1974 à 1976, secrétaire général de Publicis en 1969, directeur général de la Fnac au début des années 1980, a également été une des plumes du Club Jean Moulin et un militant de toujours, syndical et politique, de la CFDT, du PSU puis du PS. Il a publié de nombreux ouvrages.

Promotion de l'ouvrage
Cercle des Dominicains à Montpellier : le 22 septembre 2011
Festival du Livre Les Mots Doubs à Besançon, les 24 et 25 septembre 2011
Festival du livre de Mouans-Sartoux, 7 octobre 2011
Colloque sociétal à INSA de Lyon les 8 et 9 octobre 2011
Soirée à la librairie Sauramps à Montpellier le 17 novembre

 
Sommaire
Préface de Stéphane Hessel : Voir, juger, agir

partie 1 : L’éveil d’un militant
Une enfance bourgeoise
Un choix de vie : militant engagé

Son enfance bourgeoise dans une famille unie, dans laquelle la musique tient une grande place, sa conversion : le passage d’une religion d’appartenance, où le signe social est important, à une religion de responsable qui, pour appliquer le commandement de l’Évangile, décide de s’engager au service des autres, tout au long de sa vie. Il revient sur l’impact que le concile a eu sur lui, devenu, au sens propre, un militant progressiste.

partie 2 : Les étapes d’un engagement
Mon premier engagement : l’Unef (1954-1957)
L’Adels : penser global, agir local (1958-1973)
Le Club Jean-Moulin : la démocratie en question (1961-1965)
Sarcelles : le « syndicalisme » de l’habitat (1965- 1969)
Publicis : bien faire son métier (1961-1973)
Lip : rien ne se fait bien sans passion (1974-1976)
Ten : une équipe compétente de dix copains militants (1976-1993)
Militant de base : CFDT, PSU, PS (1961- 20..)

Les différents épisodes de cette vie militante, que reprend, un par un, chacun des huit chapitres qui la composent. Chaque chapitre se termine par une note qui actualise les leçons qu’il tire de cet engagement.
L’Unef, la création de l’Adels avec Michel Rocard, le Club Jean Moulin, le terrain militant, celui du grand ensemble de Sarcelles, Publicis, Lip, la société coopérative de consultants, Ten, les diverses adhésions militantes de ce long parcours.

partie 3 : Un libéralisme complétement fou
Les banqueroutes du libéralisme
Le libéralisme contre la démocratie
S’indigner pour passer à l’action 

Cette partie revient sur la crise actuelle ou, plutôt, sur la série de crises, une trentaine depuis 1980, qui mettent en évidence les faiblesses d’un système qui ne peut aider à réussir que des individus, à l’ambition destructrice, ceux qui ne veulent rendre de compte à personne. Le livre recommande que les responsables de ces crises successives, génératrices de chômage, de misères et de reculs économiques puissent être poursuivis devant une cour de justice internationale pour y rendre compte de leurs actes. Seules, pense Claude Neuschwander, des peines de prison infligées à des responsables, au nom de l’Humanité, pourront limiter les conduites à risques et encadrer les comportements irresponsables. Enfin, le 13e et dernier chapitre résume son sentiment sur l’avenir de la France en sept éléments de diagnostic et sept éléments de propositions qui reposent sur son double vécu de militant et de professionnel.

Postface de Gaston Bordet

Remerciements

 
du meme auteur

Patron, mais… entretiens, avec Bernard Guetta, Seuil, 1975.
L’économie et les emplois, avec Jean-Pierre Muret et Hugues Sibille, Syros, 1983.
C’est dur d’être de gauche, sous le pseudonyme collectif de Jean Mitoyen, Syros, 1985.
La communication dans tous ses états, en collaboration avec Jean-Marie Charpentier, Gilles de Margerie, Olivier Dousset, Gérard Carles, Syros, 1986.
L’acteur et le changement, essai sur les réseaux, Seuil, 1991.
Lip, vingt ans après (propos sur le chômage), avec Gaston Bordet, Syros, 1993.
Le libéralisme contre la démocratie (le temps des citoyens), avec Alain Girard, Syros 1997.
La République des villes, avec Francis Ampe, L’aube, Datar, 2002.
La Démocratie durable (l’utopie au quotidien), avec Jean Cottave, L’aube, 2005.