à la Une
 
Territoires
 
édition
 
formations
et études
 
rendez-vous
 
espace
ressources
 
l'association
 
contacts
et accès
 
vous êtes ici : > édition > les ouvrages > Passé, présent et futur de l'intercommunalité
 
Une co-éditions Adels/IFC-2G
 
 
Passé, présent et futur de l'intercommunalité
et du développement local
Tome 2
Monographie de 26 territoires intercommunaux
en développement









"Passé, présent et futur de l'intercommunalité
et du développement local" Tome 2,
Georges Gontcharoff, Adels/IFC-2G, 177 pages
12 euros (plus 2,18 euros de frais de port)
     
 
Cet ouvrage contient 26 monographies de territoires en développement. Ils ne constituent pas un échantillon représentatif, mais ont été choisis pour refléter l’extrême diversité des situations rencontrées sur le terrain. La diversité traduit d’abord l’ancienneté de la démarche, et concerne aussi les formules juridiques qui sont choisies par les acteurs locaux. La diversité reflète encore le jeu changeant des acteurs, tantôt en harmonie, tantôt en tension. Une sociologie politique de la participation dans l’intercommunalité s’esquisse ainsi. La diversité témoigne enfin des rapports très variés entre " l’ascendant ", les choix de développement portés par les acteurs locaux au travers d’un projet de territoire, et le " descendant ", l’incarnation sur le terrain des procédures de développement conçues au niveau de l’Europe, de l’État, de la région ou du département. En définitive, on peut dire que le nouveau maillage territorial connaît deux niveaux. Au plus près du terrain, on trouve les communautés, établissements publics de gestion des compétences déléguées. Dans un territoire plus vaste, on trouve les Pays et les Parcs, lieux de coordination et de mise en cohérence de politiques plus locales ou plus sectorielles, territoires importants de la démocratie participative. C’est dans les relations entre les deux niveaux que se trouvent les interrogations les plus pertinentes : que ce soit les Pays qui animent le dynamisme du développement territorial et poussent les communautés à poursuivre et à approfondir la démarche ; ou que ce soit les communautés qui portent un Pays dont elles reconnaissent la pertinence et l’utilité.
Lien vers le tome 1
 
introduction
 
Je porte ce livre dans ma tête depuis longtemps, car il correspond à des engagements professionnels et militants très importants dans ma vie. Il est d’abord marqué par une dimension géographique qui correspond à ma formation initiale. Il répond ensuite à une longue analyse du fonctionnement des collectivités territoriales et des intercommunalités, au travers de trois approches conjointes : celle de l’Association pour la Démocratie et l’Education Locale et Sociale (ADELS) dont j’ai été l’un des fondateurs, il y a bientôt cinquante ans, et dont j’ai été tour à tour militant puis salarié, comme rédacteur en chef de sa revue, " Correspondance Municipale ", devenue " Territoires " ; celle du Parti Socialiste Unifie_ (PSU) dans lequel j’ai eu, au Bureau national, la responsabilité des élus locaux, des luttes urbaines et des campagnes dites alors "du cadre de vie ", de 1964 à 1971 ; celle du secrétariat national des Groupes d’Action Municipale (GAM) qui rassemblaient alors les expériences municipales les plus innovantes et les plus démocratiques, au premier rang desquelles celle de la municipalité de Grenoble dirigée par Hubert Dubedout. Il correspond enfin à mon intérêt et à mon engagement constant pour le développement local. Le hasard m’a mis en contact, dès 1965, avec les militants qui initiaient les premiers en France une démarche ascendante de développement territorial. Ma rencontre avec Paul Houée, dans le Mené, en Bretagne centrale, a été décisive. La mise en réseau des acteurs qui agissaient de manière novatrice, dans une douzaine de territoires pionniers, de 1965 à 1970, puis dans quelques autres au cours des années qui ont suivi, a été notre souci constant, afin de constituer un mouvement national et d’obtenir la reconnaissance des pouvoirs publics. C’est dans ce sens que j’ai participé à l’organisation des premières rencontres d’agents de développement, avec quelques-uns des militants que l’on retrouve encore aujourd’hui dans la commission " intercommunalité " de l’ADELS. Notre grande heure de gloire a été de rassembler plus de 700 acteurs locaux du développement, pour les Etats généraux des Pays, à Mâcon, en juin 1982. Dans le discours de clôture, Michel Rocard, alors ministre du Plan et de l’Aménagement du Territoire, a reconnu la validité de notre démarche et a inscrit le développement local dans les premiers textes officiels. C’est à la suite de cette rencontre que nous avons créé l’Association Nationale pour le Développement Local et les Pays (ANDLP) dont j’ai assuré le secrétariat national durant toute son existence de 1982 à 1992. A cette date, nous fusionnions avec la Fédération des Pays de France et nous avons créé l’Union Nationale des Acteurs et des Structures du Développement Local (UNADEL) dont j’ai assuré, quelques années encore, le secrétariat national, auprès de mon président, Michel Dinet. On comprend que les monographies qui forment l’essentiel de ce livre comportent une forte dimension historique. Le développement local d’aujourd’hui, très différent de ce qu’il a été à l’origine, ne peut cependant se comprendre qu’en se retournant vers ses racines. Ce n’est pas par hasard que j’ai placé, en premier, le Mené, les Monts du Lyonnais, le Pays de Colombey-les-Belles, le Plateau Picard, le Beaufortain, comme autant de témoins de cette histoire. J’y suis retourné au cours de la dernière année pour voir, plus en détail, ce qu’ils étaient devenus et j’y ai trouvé un immense intérêt. J’aurais pu en visiter beaucoup d’autres qui auraient également ému ma mémoire d’ancien combattant : la Soule, la Thiérache, les Landes de Gascogne, le Chinonnais, les Mauges Rurales, le Baugeois... A ceux-là, j’ai ajouté un échantillon non représentatif, mais raisonné, de territoires très variés. Ils illustrent des cas de figure institutionnels très différents (des communautés, des Pays, des Parcs Naturels Régionaux et même un Centre Intercommunal d’Action Sociale), diverses configurations d’acteurs, diverses priorités dans les objectifs, diverses générations du développement territorial, jusqu’aux plus contemporaines. La grande majorité de ces territoires sont ruraux ou aux marges péri-urbaines. Il faudrait compléter ce travail par des monographies plus nombreuses de communautés d’agglomération et de communautés urbaines. Il faudrait aussi s’attaquer à la spécificité de la région Ile-de-France que nous avons volontairement laissée de côté ici. J’ai réalisé la plus grande partie de ces vingt-six monographies par l’étude et l’analyse de documents, mais surtout par la rencontre avec des acteurs de terrain. Dans un souci d’honnêteté intellectuelle, tous ces textes ont été validés par un aller et retour avec mes interlocuteurs. Quelques monographies ont été directement réalisées par les acteurs eux-mêmes que je remercie vivement de leur collaboration. Le tome 1 donne tous les détails du cadre juridique et financier de l’intercommunalité. Pour comprendre de nombreux passages des monographies, il semble indispensable de s’y référer fréquemment. En réalité, nous prônons un va-et-vient constant entre le tome 1 et le tome 2 : la loi pour expliquer le terrain ; le terrain pour illustrer la loi.
 
Sommaire

Introduction

Vingt-six territoiresintercommunaux endéveloppement

1. Le Mene

2. Les Monts du Lyonnais

3. Le Beaufortain

4. Le Plateau Picard

5. La communauté de communes de Colombey-les-Belles et du Sud-Toulois

6. Le Pays des Sept Vallées

7. Le Pays de Gâtine (Parthenay)

8. Le Pays Mellois

9. Le Pays Diois

10. Le Pays " Corbières et Minervois "

11. Le Pays Couserans

12. Le Pays de Chaumont

13. La communauté de communes du Coglais

14. La communauté de communes de Lanvollon-Plouha

15. La communauté de communes du Pays de la Roche-aux-Fées

16. La communauté de communes de Bièvre-Liers

17. Le Pays de Bray

18. Le Pays des Crêtes préardennaises

19. Le Pays des Paillons

20. La communauté de communes " Cœur de Sologne "

21. La communauté d’agglomération du Voironnais

22. Le Pays Rochefortais

23. Le Centre Intercommunal d’Action Sociale de Rennes-Ouest

24. Le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges

25. Le Parc Naturel Régional de Lorraine

26. La Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne

Conclusion : esquisse d’une problématique de l’intercommunalité